Le renouveau de la route du PATOIS

mercredi 29 juin 2016
par  François DART


De nos jours huit communes composent le circuit :

Caucourt, Estree-Cauchy, Fresnicourt-le-Dolmen, Gauchin-le-Gal, Hermin, Houdain, Ohlain, Rebreuve-Ranchicourt

"La route du patois" a vu le jour en septembre 1965, les auteurs en sont Emile Landry, président de l’union commerciale d’Houdain et Edouard Damay, président de l’office du tourisme d’Houdain.

A Houdain et les environs on aimait se faire des blagues que les commerçants retrouvaient sur leurs vitrines.

La plupart de ces expressions sont représentées sur le circuit des huit communes par des panneaux humoristiques.


I vaut miux un p’tit avoëre qu’un grand espoëre

In vot bien eun’buque dins l’oeil d’un autre, qu’in’nvot point eun’ branque dins l’sien

I n’faut point deux cos sus l’même fumier i’a pas d’doute, après ch’café in bot la goutte

Grand dijeux, petit faijeux

In pourchiau qui fait à s’mode ch’est l’mitan de s’nourriture

Quand l’glaine all’cante plus hiaut que ch’co, faut i rabatte sin caquet

Fo pon freumer l’porte dech l’étape quand ché vacques al sont sauvées !!

Y loutent, y sous loutent, y’n’pétent’ pon et y crottent’ equ’ch’a va durer tout l’temps

Ch’est toudis ch’plus laid baudet qui passe s’tiête au-d’sur d’l’hayure

Au puq in armue un brun au puq i pue !

dis tin conte à Cho, t’iras chu s’carrette

Miux vaut eune piche mal faite qu’un tro bin fait

Un neu ramon i ramone toudis miux

Y a des berbis rongneuses dins tous che troupeaux

Che au mitan de l’cheriche qu’in muche ech noyau

Du bos tordu cha fait du drot fu

I est trop tard d’freumer l’porte de ch’l’écurie quand l’jument s’a sauvée

Quand in ravisse quéqu’un in n’in vot que l’mitan

Eune tiote pleuffe al abot un grand vint

Eune souris qui n’a qu’un tro al est vite attrapée

Chti qui fait ch’tambour y a qu’a faire ché baguettes

El langue ed ché gins , el queue ed ché tchiens in n’peut pon z’impecher d’berloquer

Faut toudis s’fier à s’première idée surtout si in n’a qu’eune

Y a eune vaque qu’al beule mais in n’sait pon dins quel’ étape

Eune bonne biète a toudis un vilain défaut

Un car qui wuenne i wuenne longtimps

I vaut miux aller ach moulin qu’ach méd’cin

Bel’té sans bonté, ché lumière sans clarté

Ché un baudet qui est dev’nu g’vo

Un verre d’vin dins eune vielle panche ché un potiau neu dins eune vielle granche

Ch’n’est pon l’vaque qui brait l’plus fort qui donne l’plus

In vot gramint d’balots (cheminées) qui funquent mais in n’sait pon toudis commint qu’cha va in d’sous

Bourres, intiques, intasses, t’occupes pon de chti qui passe

I bale du coté qui va quere

Faut pon juger l’boutelle ach’ l’étiquette

Arnallez vous in à vire clair

Armettez nous ché verres comme i z’etotent

Ché du temps dech bon Diu, mais cha n’est pon sin pus biau

I vaut miux un air de fu qu’un air ed violon

In cach’rot pon un tchien al cour

Si i suffisot d’avoir de l’barbe pour ete malin, tous ché boucs i s’rotent maites d’école

Vla m’tiete, min cu i vient

Parle à min cu, m’tiete al est est malate

Du biau che du biau, i n’faut pon l’laver

Des cats cha n’fait pon des tchiens

Du sang ch’n’est pon del iau

Mariache, ménache

El biauté cha s’minge pon in salate

Si t’as faim, minge ette main, garde l’aute pour d’main

Prinds eune cayelle assite d’sus, racontes nous chu qu’t’as vu

S’marier contre un(e) tel(le)

Hazebrouck, avec un h aspiré, comme dins armonte t’maronne

Eune barrique vide cha fait toudis grammint d’potin

Pousser des soupirs comme des pets d’baudet

In a jomais vu un vieux buveux de g’nièf qui mourot jone

Elle a un tchul comme eune jumint d’brasseur

I s’étot marié étint file

Un bon sauret i dot être berlou

Serre t’bouque, tin nez i va tcherre d’dins

A part mes colliques, j’ai nin d’ma à min vinte

I a un coulon chu l’trappe (tchand qu’i a quelqu’un qui buque ou qui sonne à l’porte...)

I n’d’a des qui crottent qu’i a qu’à fauque

Compter les oeufs au cul des glaines

Etre bouli comme eune andoule

Tourner in ronds comme un cat qui cache à tchi dins ches braises

In n’gagne nin grammint mais in a bin du plaiji

Muche tin tchul, v’là ch’garte

Minge, te n’sais nin qui t’mingera

J’piche j’gliche et j’tchès d’dins (pour faire simblint qu’in parle inglais...)

Faire des mennes de cats

Ch’est drot comme min bras tchand qu’je m’mouque

Leve te, te vas pourir t’paillasse

In n’part nin chu une guimpe !

Mettre sin nez d’ù qu’un cat i mettrot nin s’tcheue

Avir s’tcheue in étindard

Ch’ti qui bègue i mint

Minger les pichoulis par ches racines

Ch’ti qui va à l’ducasse i perd s’plache

Avir un nez comme eune pétrache

Avir la reniflette

Faire Pâques avint ches Rameaux

J’pinsos et min pinceau ch’étot eune brouche

Raquer djaune

Ch’t’eune attrape à balous

M’linque elle fait ch’drapeau

Plus j’pédalos, moins qu’j’avinchos

Un grind dépindeux d’indoules

Ch’est pus l’même frère qui fait l’école ichi ...

Mais d’ù qu’i pleut ch’t’i-là ?

Faire ches capelles

Café bouillu, café foutu

(pour ches funqueux) griller eune tige d’huit

Coinchi ch’boudinette dins cheule frotture éclair

Ti j’t’arconnos, t’es d’min coin

Joquer jusqu’à la St Glinglin

On vot toudis quind j’ai bu mais jamais quind j’ai soif

Mouke tin nez et dis bonjour à Madame

Ar’tire tin capiau , v’là un ch’ti qui passe

Muche tes dints , eul’ marchand d’oche i passe

Euch’cat y’est dins l’horloche

Baisse eut’ maronne , on t’a r’connu

Ki dur, ki mou , mais ki bin dins ch’trou

In ingraisse pas des pourchiaux à l’iau claire

In tire pon d’el farine d’in sac à carbon

Mouke tin nez, ravale tes nasses, habile tin tchien va tin ale ducasse

Ferme tin chucrier, ché mouk y vont rintrer

nb : certaines de ces expressions n’appartiennent peut-être pas à la route du patois "officielle" mais sont des expressions patoisantes qui méritent aussi le détour !


Commentaires


Navigation

Articles de la rubrique

Top Articles